Al Pacino, le sublime mafioso

Le 25 avril 2018, il a fêté ses 78 ans. Né en 1940 à Manhattan, il nous a fait rêver en Michael Corleone ou encore en Tony Montana. Retour sur la carrière d'Alfredo James Pacino.

 

La sonorité chantante de son nom ne fait pas mentir sur ses origines italiennes. Siciliennes plus précisément. Al Pacino porte trois casquettes. Celle de réalisateur, de producteur et d’acteur (quant à savoir laquelle lui va le mieux, c’est à vous de choisir).

                                                        

Curriculum Vitae

 

Comme toutes les belles histoires, celle-ci commence par une passion qui le mènera à intégrer le célèbre High School of Performing Arts de Manhattan. Et comme toutes les belles histoires, celle-ci a des moments «tristes». Faute d’argent, mais aussi en désaccord avec les méthodes d’enseignement de Stanislavski, il le quittera deux ans plus tard et mettra ainsi son avenir entre parenthèses. Vendeur puis cireur de chaussures, livreur de journaux, caissier de supermarché, déménageur, il a eu plusieurs rôles avant de trouver celui qui lui sied le mieux, celui d’acteur.

 

En 1966 (après avoir essuyé un premier refus), il intègre finalement le tant convoité Actors Studio. Il y rencontrera d’ailleurs un autre monstre sacré du cinéma américain (c’est un avis personnel – et donc discutable), le tout aussi italien Robert de Niro. Après avoir foulé les planches de théâtre (et y avoir trouvé le succès), il passera devant la caméra en 1969 avec Me, Natalie. La même année Richard Nixon est élu président...

 

Leonardo Di Caprio avant l’heure

 

Longue est la liste de ses rôles marquants. Celle-ci sera donc exhaustive. Commençons par le toxicomane qu’il joue dans Panique à Needle Park, film sorti en 1971. Anecdotique ? Pas si sûr... C’est grâce au personnage de Bobby que le « quasiment inconnu » Al Pacino se fera remarquer par Francis Ford Coppola à qui on voulait refiler Robert Redford pour le rôle de Michael Corleone (mais qui n’en voulait pas). A star is born. Suivront les parrains 2 et 3. En 1975, il se glisse dans la peau de Sonny Wortzik, un braqueur de banques bancal avec le film Un après-midi de chien. On presse le bouton "avance rapide" pour arriver directement à la case Scarface, sans passer par Mélodies pour un meurtreBobby DeerfieldL’impasse, Heat ou encore L’Épouvantail.  Normalement, citer Le Parrain et Scarface devrait suffire pour justifier le talent de l’artiste. Et pourtant. Il lui faudra attendre 7 nominations, 1992, et son rôle de Frank Slade dans le temps d’un Week-end pour qu’il obtienne finalement un oscar...

 

En 2019, Al Pacino sera à l’affiche de The Irishman, le prochain film de Martin Scorsese produit par Netflix et qui marquera la première collaboration entre les deux géants du cinéma (Robert de Niro fait aussi partie du casting). 

 

Inès Ben Azouz
Publié par: 
Misk
Date de publication: 
Mercredi, avril 25, 2018 - 20:00