Exclusif : le « Me Too » prémonitoire dans un film produit il y a 10 ans par Weinstein

L’affaire Weinstein a provoqué sans doute le tollé de l’année et a été à l’origine du lancement du hashtag #metoo pour dénoncer les agressions sexuelles sur les femmes. Triste sort pour un producteur culte qui voit tout s’effondrer en si peu de temps. Pourtant, aujourd’hui, un film, produit il y a 10 ans par Weinstein, en tant que producteur délégué, prend désormais une autre envergure. Métaphore prémonitoire incroyable du sort du producteur, Death Proof, réalisé par Quentin Tarantino livre des coïncidences étonnantes. 

 

La première est un Me Too, affiché en plein écran d’un vieux téléphone portable qui annonce la couleur lors d’une scène ou l’une des actrices principales, en l’occurrence Sydney Tamiia Poitier reçoit un SMS. Le thème du film et son déroulement sont aussi une métaphore parfaite de la chute de Weinstein. Un cascadeur tueur choisit ses victimes, toujours des filles, et les percute de plein fouet avec sa voiture. Malade, dérangé, Stunman Mike, joué par Kurt Russell est un personnage ignoble, décrit dans le film par un shérif qui analyse sa psychologie, et qui revoie vers la frustration sexuelle débordante, qui serait le mobile de ses crimes. 

 

Dans le film, Stunman Mike échappe à chaque fois à ses crimes, considérés comme des accidents de voiture, jusqu’au jour où il tombe sur plus futé que lui : deux cascadeuses brillantes qu’il choisit comme victimes. Après une course poursuite culte, elles parviennent à retourner la situation, et Stunman Mike se fait abattre sauvagement par les filles, image qui rappelle la vengeance actuelle que subit Weinstein, par ses propres victimes. 

 

the end.jpg

 

Violence, frustration sexuelle, vengeance féminine et un Me Too hautement prémonitoire, Death Proof fut un flop commercial, mais tout de même un très bon film de Tarantino. Aujourd’hui, le film s’érige comme un symbole de son producteur délégué qui subit le même sort que le personnage principal du film qu’il a produit.    

 

 

 

Mehdi Ahmadi
Publié par: 
Misk
Date de publication: 
Jeudi, novembre 30, 2017 - 14:00