Il s’en est allé sans avoir tout dit : Jean d’Ormesson n’est plus

« J’ai eu deux chances dans la vie. La première, c’est de naître. J’ai une autre chance, c’est de mourir. Franchement, je n’ai pas peur de mourir ». Jean d’Ormesson, RMC, janvier 2016.

« Un jour je m’en irai sans avoir tout dit », « Je dirai malgré tout que cette vie fut belle » et « Et moi je vis toujours », qui doit paraître en 2018, tels sont les titres des derniers livres de Jean d’Ormesson, peut-être sa façon de commencer à faire ses adieux, de se préparer au grand départ, une nuit de décembre 2017.

 

92 ans, écrivain, académicien, journaliste, philosophe et occasionnellement acteur, Jean d’Ormesson s’est éteint dans la nuit de lundi à mardi des suites d’une crise cardiaque.

Depuis son tout premier roman « L’amour est un plaisir » publié il y a plus de soixante ans, en 1956, Jean d’Ormesson a fait du chemin, après des études à Normal Sup il a occupé le poste de directeur du Figaro, a écrit une quarantaine de livres...

 

Jean D’Ormesson c’est aussi l’Académie française qu’il intègre en 1973 à seulement 48 ans, succédant à Romain Rolland au fauteuil n° 12, et se plaçant ainsi comme le benjamin.

Après le décès de Claude Levi-Strauss en 2009, il devient le doyen d‘élection de l’Académie.

Grâce à son combat, Marguerite Yourcenar a pu être la première femme à y faire son entrée.

De son vivant, il a pu bénéficier d’une reconnaissance très prestigieuse, celle de voir son œuvre intégrer la bibliothèque de la Pléiade en 2015.

 

Jean d’Ormesson était souvent présent sur les plateaux télé, et les souvenirs qu’on garde de lui sont ceux d’un homme élégant avec un sourire tendre qui ne quittait pas ses lèvres, d’un regard pétillant plein de malice et surtout d’un homme qui dégage une paix intérieure et une sérénité fascinantes.

 

Les messages d’adieu ont afflué pour rendre un dernier hommage à celui qu’on surnommait tendrement Jean d’O :

 

« Il était le meilleur de l’esprit français, un mélange unique d’intelligence, d’élégance et de malice, un prince des lettres sachant ne jamais se prendre au sérieux. L’œil, le sourire, les mots de Jean d’Ormesson nous manquent déjà. »  Emmanuel Macron.

 

« Il a toujours dit qu’il partirait sans avoir tout dit et c’est aujourd’hui. Il nous laisse de merveilleux livres » Héloïse d’Ormesson, fille de Jean d’Ormesson.

 

« Respect et tristesse pour Jean d’Ormesson. Il était l’incarnation de la Culture, l’élégance, la finesse et l’humour. C’est une image de la France dont on est fier qui nous quitte », Christian Clavier.

 

 

Souhir Hamrouni Buonomo
Publié par: 
Misk
Date de publication: 
Mardi, décembre 5, 2017 - 13:00