Joan Baez, la reine du folk fait ses adieux à la scène

Joan Baez, la reine du folk qui a fêté ses 76 ans le 9 janvier s’apprête à sortir au début du mois de mars, un nouvel album de reprises, qui sera son dernier, « Whistle Down The Wind » et à faire sa tournée d’adieu « Fare thee well » au courant de l’année.

 

C’est en 1941 que la chanteuse a vu le jour, de père mexicain et de mère irlandaise. Elle a grandi en Californie et a commencé à jouer de la guitare très jeune, en prenant comme référence la chanteuse Odette et le célèbre chanteur de folk de l’époque Pete Seeger.

À 17 ans, elle se retrouve avec sa famille à Bermont, près de Boston, ville pionnière du mouvement folk où elle s’est imprégnée de l’atmosphère gauchiste et très pacifiste qui y régnait.

 

La madone des pauvres :

 

Le parcours de Joan Baez a toujours été marqué par son engagement et son militantisme qui lui ont valu d’être surnommée la madone des pauvres gens.

De la guerre du Vietnam, à la lutte pour les droits civiques en passant par l’Apartheid, elle était clairement une des voix du mouvement anticonformiste des USA et n’a pas économisé son énergie pour montrer son soutien à ces causes.

Son militantisme a été récompensé par le prestigieux Prix de l’Ambas­sa­deur de la Cons­cience en 2015, la plus haute distinc­tion décer­née par Amnesty Inter­na­tio­nal.

Lors de la cérémonie de remise du prix, Patti Smith avait déclaré « Si le XVIe siècle avait Jeanne d’Arc, nous avons Joan Baez ».

 

La reine du folk :

 

Joan Baez a grandi en Californie et a fait ses débuts sur scène au Newport Jazz Festival. Depuis son tout premier disque sorti en 1960, elle a accumulé les succès et sa notoriété lui a valu de devenir l’ambassadrice du mouvement folk et d’être surnommée « La reine du Folk ».

Elle était une des pionnières du « protest song », la musique a toujours été pour elle un moyen de faire parvenir ses messages de paix et de lancer ses appels à la tolérance et contre les injustices.

« Je ne crois pas qu’un chan­ge­ment social sérieux puisse avoir lieu sans la volonté de prendre un risque. Et c’est ce qui a été diffi­cile dans les dernières décen­nies, trop de gens ne veulent pas prendre ce risque d’écrire ou de chan­ter une chan­son, de s’oppo­ser », avait-elle déclaré.

 

Bob Dylan :

 

Impossible de parler de Joan Baez sans parler de Bob Dylan. La carrière de la diva du folk est étroitement liée à celle de Bob Dylan dont elle fut la compagne à une certaine époque.

La chanteuse a largement contribué à lancer la carrière de son compagnon, avec qui elle partageait les mêmes valeurs pacifistes.

D’ailleurs, la toute première fois que le nom de Bob Dylan est apparu sur un album, c’était sur celui de Joan Baez. Profitant de sa notoriété, elle l’a fait connaître du grand public aussi bien en Amérique que dans le monde. 

Deux chemins qui se sont croisés, deux parcours qui se sont chevauchés et deux destins qui ont été marqués l’un par l’autre, telle est l’histoire de Joan Baez et Bob Dylan.

 

 

 

 

 

joan Baez.jpg

 

Près de 60 ans de carrière, une trentaine d’albums, des succès et beaucoup d’engagements et de militantisme, c’est ce qu’on pourrait retenir du parcours de Joan Baez. On pourrait également rappeler un certain été 1973, quand le public du Festival de jazz de Tabarka a eu l’opportunité de voir la reine du folk sur scène, et se rappeler notamment de son interprétation de la chanson d’Ahmed Hamza, Jari Ya Hammouda.

 

 

 

 

 

Extrait de« Whistle Down The Wind », le nouvel album de Joan Baez qui sort le 2 mars

 

 

 

Souhir Hamrouni Buonomo
Publié par: 
Misk
Date de publication: 
Jeudi, janvier 11, 2018 - 16:15