Ladies and Gentlemen, Miss Ella Fitzgerald

Celle qui aspirait à faire carrière dans le domaine de la dance a en fin de compte fini derrière un micro, au grand bonheur des amateurs de jazz.

 

C’est en 1917 qu’elle voit le jour à Newport News, et à seulement 17 ans, les aléas de la vie (qui ne l’a pas beaucoup épargnée, au moins au début) font qu’elle se retrouve à la rue, ne pouvant compter que sur elle-même pour subvenir à ses besoins et survivre.

Le destin dans un de ses tours magiques a fait qu’elle participe à un concours amateur organisé dans le mythique Apollo Theater, « Amateur Night ». Et une fois sur scène, au lieu de danser comme elle avait prévu de le faire, elle décide à la toute dernière seconde de présenter une prestation de chant. Elle remporte le concours et empoche la somme de 25 dollars.

 

Et c’est en quelque sorte à partir de là que la carrière de celle qu’on surnomme Lady Ella a réellement débuté. 

Elle commence par jouer dans les clubs de Harlem, où elle se fait connaître petit à petit, et les premiers enregistrements ne tardent pas.

Elle joue avec l’Orchestre du batteur Chick Webb dont elle devient leader à la mort de celui-ci, puis avec différents groupes et participe aux concerts de Jazz at the philarmonic de Norman Granz.

Sa voix au timbre bien maîtrisé lui permet de faire évoluer son interprétation au cours des années. Elle joue, entre rythme, tempo, vitalité et douceur, elle introduit des scats et parvient à imiter tous instruments de musique rien qu'avec le son de sa voix.  

 

Beaucoup de générosité, c’est ce qu’on ressent quand on écoute et qu’on regarde Ella Fitzgerald chanter, elle prend du plaisir, et ce plaisir elle réussit à nous le transmettre. C’est de la joie qu’elle procure, aussi bien avec ses improvisations, les citations humoristiques et les scats avec lesquels elle agrémente ses interprétations, les rendant plus vivantes et plus communicatives avec le public.

Celle qu’on surnommait « The First Lady of Song » fut la première femme afro-américaine à remporter un Grammy Award en 1958 et a fini par en remporter 13 en tout et vendre plus de 40 millions d’albums.

Des pépites, elle nous en a offert, des titres qui ne meurent jamais, qui ne se démodent jamais, à l’instar du magnifique « Dream a Little Dream of Me », ou de la merveilleuse interprétation de Porgy and Bess avec Louis Armstrong.

 

 

 

Souhir Hamrouni Buonomo
Publié par: 
Misk
Date de publication: 
Mercredi, avril 25, 2018 - 20:15