ABITA, LES IMMEUBLES JUMEAUX DU VIEUX TUNIS

Après les immeubles, Disegni, Azerm, De Guidi, nous voilà sur les traces de ces italiens qui ont laissé une empreinte sur le visage de Tunis et participé à mettre en place le tissus urbain de la ville. Ils avaient ramené un brin d’Italie qui s’est vite marié à l’esprit du pays. Ils étaient architectes, avocats, assureurs ou simples ouvriers dans la construction ou le textile, ils ont formé une grande communauté dont nous avons hérité des bijoux architecturaux. Cette fois c’est de l’Immeuble Abita qu’il s’agit.

Ce sont deux immeubles construits entre 1906 et 1908 sur un terrain marécageux rendu constructible à coups de remblayage et, qui faisait partie de la petite Sicile; Ce quartier prolétaire né à la périphérie de l'avenue de Carthage à l'ouest, le port à l'est, le quartier populaire de Bab Alioua au sud et l'avenue Bourguiba, au nord.

Les immeubles Abita portent le nom de leur concepteur, Giuseppe Abita. Un entrepreneur italien qui était aussi connu pour ses activités dans les domaines de la culture et de la bienfaisance. Les italiens aisés de Tunis essayaient de s’imposer face à la domination française par ces activités associatives.

C’est d’ailleurs un autre italien qui conduit le chantier et construit les deux immeubles, il s’agit de l’entrepreneur Giuseppe Di Vittorio à qui Tunis doit le théâtre Rossini.

Conçu dans un style Art Nouveau l’immeuble dispose de magnifiques façades regorgeant de détails et d’ornements architecturaux plus intéressants les uns que les autres : chérubins, motifs floraux, etc. Cependant l’immeuble conjugue influences occidentale et tunisienne. Pour cette dernière il s’inspire de la dispositions des “Oukala”.8 appartements par étage sont disposés autour d’une cour.

Les petits balcons ornés de ferronneries sont quant à eux assez typiques du style Art-Nouveau. Des balcons où vous ne verriez jamais du linge sécher, car à l’époque la municipalité de Tunis interdisait formellement l’exposition de linge aux balcons et aux fenêtres. Les architectes étaient ainsi obligés de penser à un espace à l’intérieur qui servait de séchoir, comme les cours par exemple.

Les deux immeubles Abita se trouvent à l’angle des rues : Ahmed Tlili/ Ibn Khaldoun pour le premier et Oum Kalthoum/18 janvier pour le deuxième. C’est celui que nous avons d’ailleurs pris en photos. Même l’impasse qui séparait les deux bâtiments portait le nom du propriétaire, elle s’appelait “impasse Abita.

Admirez ces merveilles marquées par l'effet du temps.

 

 

Hajer Boujemâa/ Photos : Khaoula Barnat     

 

Hajer Boujemaa
Publié par: 
Misk
Date de publication: 
Mardi, mai 14, 2019 - 22:15