L’Equipe de Libération Nationale
L’Equipe de Libération Nationale

Ce qui fut peut-être la meilleure sélection nationale d’Afrique de football de tous les temps fut basée à Tunis, n’eût pas de fédération officielle de tutelle et n’aura jamais disputé le moindre match officiel. Son seul titre sera l’unique tournoi Djamila Bouhired, le premier et le seul qu’elle ait disputé. Mais elle aura remporté l’un des plus beaux combats possibles et été millionnaire en supporters. Cette équipe, c’est celle de l’Algérie du Front de Libération Nationale.

 

Le onze de l’indépendance

 

Cette équipe va symboliser à bien des égards le pénible combat algérien pour l’indépendance. Dans sa lente élaboration, puisque, comme celle de l’indépendance, l’idée va germer en plusieurs étapes, et que le développement du projet d’une équipe algérienne sera extrêmement cloisonné au sein même du mouvement indépendantiste et discuté parmi les joueurs (plusieurs pros refuseront de se joindre à l’équipe du FLN). Dans sa symbolique de l’enchevêtrement des destinées des deux pays, puisque les joueurs Algériens sont tous professionnels faisant carrière en France, nombre d’entre eux internationaux français (Rachid Mekhloufi vient d’être champion du monde militaire avec la France), et nombre d’entre eux encore étant mariés à des Françaises. Et enfin dans les sacrifices nécessaires à la concrétisation du projet, puisque pour presque tous -Mustapha Zitouni en tête- cet engagement se fera au détriment de leur situation professionnelle et matérielle.

 

L’idée a au départ germé dans l’esprit de Mohamed Boumezrag, cadre de la fédération de France du FLN et ancien footballeur professionnel à Bordeaux. Toujours dans le milieu footballistique, il était présent au festival mondial de la jeunesse de Moscou en 1957 où une équipe représentative de l’Algérie a participé. Il était également au Parc des Princes le 7 Octobre 1954, lorsqu’une rencontre de charité au profit des victimes du tremblement de terre d’Orléansville (aujourd’hui Chlef) voit le succès de la sélection d’Afrique du Nord sur l’équipe de France. Boumezrag sait qu’il peut monter une formation de très haut niveau, et il comprend l’influence que peut avoir le sport pour servir une cause politique.

 

Les fellaghas du ballon

 

 

lequipe_de_liberation_nationale.jpg

 

Depuis quelques décennies, tous les partis politiques le savent parfaitement d’ailleurs. Le sport, comme la culture, fait partie de l’agit-prop propre à soulever l’enthousiasme des masses et un dignitaire soviétique considère qu’une médaille olympique vaut le travail de dix diplomates. Le FLN va donc dans le plus grand secret préparer l’exfiltration clandestine d’une douzaine de joueurs algériens de l’élite française à la mi-avril 1958. C’est essentiellement l’œuvre de Mohamed Boumezrag, Abdelaziz Ben Tifour (professionnel à Monaco) et Mokhtar Arribi (alors entraîneur-joueur en Avignon), qui ont patiemment sollicité leurs pairs un an durant à travers tout l’hexagone. Digne d’un roman d’espionnage, l’opération se fait en plusieurs étapes, par plusieurs chemins, à la faveur du calendrier du championnat de France, et voit deux groupes passer l’un par la Suisse et l’autre par l’Italie. Le tout n’est pas sans danger, et deux footballeurs-patriotes sont arrêtés à la frontière et incarcérés.

 

C’est tout naturellement à Tunis que la sélection va se baser pour être à proximité de la direction indépendantiste. Le hic, c’est que le premier groupe à arriver, tout en secret, ne comprend pas Boumezrag, et qu’à Tunis, personne n’a entendu parler d’eux… Ben Tifour, qui a amené l’Espérance à ses premiers titres avant-guerre puis rejoint le Hammam-Lif beylical, prend l’initiative après deux heures à attendre en vain à l’aéroport de l’Aouina d’emmener son groupe (avec femmes et enfants pour certains) au Majestic. De là, il va au siège du FLN. Il y est très fraîchement reçu, avant d’être carrément remballé. De un, personne n’est informé de l’opération. Et de deux, il existe déjà une équipe ‘amateur’ de l’ALN. Les exilés ont le moral dans les chaussettes et se posent des questions, eux qui viennent de tout plaquer pour une cause qui semble les dédaigner. Tout change le lendemain, lorsque la presse internationale s’empare de l’affaire.

 

Champions du monde médiatiques

 

L’objectif primordial était d’attirer l’attention et de démontrer pacifiquement que, en dépit de la bataille d’Alger et son cortège d’exactions, le mouvement indépendantiste perdurait, malgré le silence imposé par les autorités françaises à leurs agences d’information. C’est réussi lorsque le Majestic est pris d’assaut dès l’aube par la presse internationale (l’Equipe en tête) et que le même dignitaire du FLN qui avait menacé Ben Tifour de l’emprisonner la veille est tout sourire, occupé à discourir devant les médias. Comme le second groupe est parvenu sans encombre à Rome et les rejoint à Tunis, la première partie du projet est une réussite totale : la France métropolitaine, peu au fait du drame qui se joue outre-Méditerranée, ouvre brutalement les yeux. Sa sélection, qui se prépare pour la Coupe du Monde, est affaiblie par l’absence de deux de ses éléments-clés (Zitouni et Mekhloufi). Et les dribbleurs de l’indépendance sont presqu’assez pour former une équipe complète. Le coup médiatique est réussi, même si l’Histoire et mai 1958 vont vite le supplanter, reste désormais à assurer le coup sportivement.

 

equipefln19582_0.jpg

 

Fraternité de papier

 

Là non plus, ça ne va pas être un long fleuve tranquille. La cause algérienne va être un révélateur. La fédération française saisit la FIFA, qui menace d’exclusion toute équipe nationale qui rencontrerait les footballeurs de la révolution. La Tunisie qui les accueille (et où le président Bourguiba les a adoubés en les recevant) passe outre, les affronte en autant de râclées mémorables pour notre malheureuse sélection et le paye en voyant son adhésion à la FIFA différée de deux ans. La sanction est la même pour le Maroc, qui pourtant prend soin de ne plus leur opposer sa sélection lorsqu’il les reçoit en tournée. Tous les pays que visitent Hamid Kermali et ses coéquipiers prendront soin de ne pas leur opposer leur sélection nationale, et leurs tournées se limiteront au bloc de l’est et aux pays arabes, avec une particularité en Egypte où aucune rencontre ne leur sera organisée. C’est que les chantres de l’unité arabe, doublement champions continentaux pour avoir battu Ethiopie et Soudan, ne veulent risquer ni leur réputation ni des sanctions... Souhaitant se racheter au sens propre, ils proposent un chèque que les joueurs du FLN refuseront car selon leur propre expression, ils ne sont pas venus faire l’aumône.

 

C’est là le drame de cette équipe superbe, du niveau d’une sélection européenne, et des remarquables joueurs qui la composent : elle n’aura jamais l’occasion de s’étalonner au révélateur de la compétition officielle. Certes, quelques magistrales démonstrations de football lui vaudront les acclamations des joueurs de Botafogo (vexés au début de devoir jouer en lever de rideau des Algériens à Belgrade), ou la bronca du public irakien qui scande ‘De Gaulle’ tant la formation du FLN écrase ses favoris. Il y aura aussi la réaction superbe des coéquipiers Français, qui leur témoignent leur solidarité. Mais les éléments de la sélection (plus nombreux à mesure que d’autres pros hexagonaux la rejoignent) dissipent leur talent au profit de la cause, et doivent affronter des drames humains, personnels, l’exil étant pénible pour tous.

 

6770484-10349789.jpg

 

L’héritage dilapidé

 

Malgré tout, aucun ne regrettera avoir participé à cette aventure « douloureuse mais passionnante » (Mekhloufi). « Nous étions révolutionnaire, j’ai lutté pour l’indépendance » dira ainsi Mohamed Maouche, l’un des joueurs incarcérés en 1958. De fait, l’Algérie indépendante saura leur être reconnaissante d’avoir « fait gagner dix ans à notre cause » (Ferhat Abbas, en son temps dirigeant de l’USMSetif). Ahmed Ben Bella tiendra sa promesse de laisser les joueurs le souhaitant se ré-expatrier. Pour Mustapha Zitouni, encore sur les tablettes du Real Madrid en 1960, il est trop tard et il restera en Algérie, comme le tiers des joueurs. Un autre tiers raccrochera les crampons, parfois moins atteint par l’âge qu’éreinté psychologiquement (Mohamed Boumezrag par exemple se détournera totalement du football). Le dernier tiers des joueurs, souvent les plus jeunes, retournera en France. Rachid Mekhloufi, après quelques mois à Genève le temps que les passions s’apaisent, retrouvera Saint-Etienne, qu’il avait laissé champion de France et qu’il retrouve promu en première division. Son retour va tourner au conte de fée, dès le premier match : après un silence inouï, plus ému qu’hostile, son talent lui vaut d’être ovationné d’abord, de gagner le match ensuite, et de remporter le championnat enfin. La suite de son parcours sera à l’avenant, et De Gaulle le félicitera personnellement.

 

En revanche, la sélection algérienne indépendante perdra cette étincelle qui l’animait en temps de lutte. Ainsi, retrouvant Tunis fin 1963 pour son premier déplacement, elle se contentera d’un nul vierge que Ben Bella, lui-même brièvement joueur à Marseille, considèrera flatteur pour les siens. Plus encore que l’Algérie qui, en train de se reconstruire, ne saura pas capitaliser ce talent et sera victime de ses premières dissensions, la Tunisie aura profité du contact quotidien de ces instructeurs si proches et gagné des années en progrès footballistiques. Leurs leçons porteront tellement bien que la Tunisie barrera la route à l’Algérie pour sa première participation à la Coupe du Monde. En revanche, le football jouera un dernier rôle au sommet de la vie politique algérienne : Houari Boumedienne fera déplacer la rencontre Algérie-Brésil à Oran afin de pouvoir prendre plus facilement le pouvoir à Alger et déposer Ben Bella…

 

Sadri Sioud
Publié par: 
Misk
Date de publication: 
Dimanche, juin 23, 2019 - 10:45