Lab619, la bande dessinée pour la bande dessinée

Janvier 2011, la Tunisie connaît son tournant historique. Parmi les multiples chamboulements, l'une des premières bandes dessinées tunisiennes. Œuvre d’un premier collectif, «Koumik» qui deviendra plus tard et définitivement le magazine, Lab619, a rassemblé au fil des années, collaborateurs, dessinateurs, scénaristes et lecteurs, tous unis par la passion du 9e art, art qui jusque là, restait dans l’acception collective, le privilège des enfants.

 

Naissance d’un laboratoire bédéiste tounsi

En 2013, le collectif initiateur du premier livre BD tunisien «Koumik», compte de nouveaux membres parmi les 14 à l’origine du projet. L’équipe s’agrandit et la famille bédéiste se voit pérenniser le projet. De cette volonté naît Lab619. Lab pour laboratoire, car le groupe d’artistes se veut expérimentateurs d’idées, de thématiques, d’approches. 619 pour le code à barres tunisien, car Lab619 est principalement un projet 100 % «tounsi». Même si au fil des années, le collectif a fini par réunir des collaborateurs de tous bords, surtout du Maghreb et du Moyen-Orient.

 

11.jpg

 

Autogestion, autofinancement et art pour l’art

«Au début, la BD coûtait 2 dinars, après, pour des contraintes d’impression, on a élevé le coût à 3 dinars, mais ça reste abordable, 3 dinars c’est le prix d’un sandwich.», ironisent Abir Gasmi et Mourad Ben Cheikh Ahmed, tous deux scénaristes et collaborateurs sur Lab169. Somme véritablement dérisoire, l’idée étant d’offrir à tout un chacun l’accès à la BD magazine et conséquemment à la culture du 9e art.

 

lab-619-bd.jpg

 

Une accessibilité au lectorat qu’offre le groupe d’artistes bénévoles, certes de bon cœur, mais surtout avec leurs propres moyens. Le collectif se revendique autogestionnaire, faisant dans l’autofinancement et l’autodistribution. Une générosité, mais surtout une passion à toute épreuve de ces anars de la BD qui, malgré le manque de soutien surtout financier et logistique, continuent d’épater des lecteurs de plus en plus nombreux et à juste titre, fidèles.  

 

Le dernier magazine expérimental de BD du Lab619 a été lancé le 4 mars dernier chez l’Association l’Art Rue, au cœur de la Médina. Pour la septième édition de son magazine, le collectif a tenté une nouvelle expérience en invitant de talentueux artistes algériens pour une résidence artistique afin de réfléchir sur un thème commun : les frontières.

 

Fatma Bel Hédi
Publié par: 
Misk
Date de publication: 
Dimanche, mars 26, 2017 - 13:30
NO LOGO
Fabio l'africain
عزالدين قنّون: مازال بيننا