LABEL AFFAIR #2 // Chess Records, le blues dans la peau
Chess Records

Créée en 1950 à Chicago, la maison de disque Chess Records figure parmi les labels les plus innovants de l’industrie musicale. Et ce n’est pas peu dire. À la pointe de la black music et notamment du blues, Misk vous raconte son histoire.

 

Pour comprendre l’histoire du label Chess Records, il faut remonter loin dans le temps. En 1928, les frères Phil et Leonard Chess n’ont que 7 et 11 ans quand ils quittent la Pologne pour s’installer aux États-Unis et rejoindre ainsi leur père.  Après une escale à New York, ensemble, ils partent s’installer en bordure de la South Side, dans le quartier juif de Chicago. Après avoir ouvert un magasin d'alcool, les frères Chess deviennent propriétaires et gérants d’un club de jazz dans la South Side.  Le Mocomba Lounge devient un repairepour voyous, dealers de drogues, prostitués, macs, mais reste surtout un lieu magique qui a vu défiler de grands jazzmans. Nous sommes alors en 1938. Voulant produire les artistes qui jouaient dans leur club, Phil et Leonard décident d’investir dans le label indépendant Aristocrat. En 1950, les frères Chess rachetèrent les parts de leur associé et changèrent le nom de la maison de disque qui deviendra alors Chess Records. Le premier titre du label Chess publié en 1950 sera "My foolish heart" par Gene Ammons.

 

 

 

Ils ont révéléau monde Muddy Waters, Chuck Berry, Howlin Wolf, pour ne citer qu’eux. Mais aussi l’électric blues, et ont également participé à la naissance du rock’n’roll en publiant Rocket 88 de Jackie breston & his delta cats. Sans Chess Records, les Rolling Stones n’existeraient pas.  En effet, en 1950, les frères Chess publient sur leur label le premier single du jeune Muddy Waters intitulé «Rollin Stones». En 1962, 4 Anglais fans de ce label américain ET de Muddy Waters forment un groupe et – en hommage - reprennent le nom de cette chanson pour leur groupe. Ainsi naquirent les Rolling Stones. Mais le rêve ne s’arrête pas là. Le 11 juin 1964, pour leur 1re visite aux États-Unis, ils vont jusqu’à Chicago afin d’enregistrer un titre : 2120 South Michigan Avenue dans les studios de la Chess Records, studio qui se trouve... et bien qui se trouve justement au 2120 South Michigan Avenue.

 

 

 

1969, Leonard et Phil vendent leur label Chess Records pour 6.5 millions de dollars. Ils voulaient ainsi continuer leur ascension et espéraient conquérir le monde de la télévision. Mais le destin en a décidé autrement. Le 16 octobre 1969, Leornard Chess décède d'une crise cardiaque qu’il a eue au volant de sa voiture. Phil, son frère décède quant à lui 47 ans après, le 18 octobre 2016, laissant derrière lui une belle légende et un héritage musical qui a influencé des générations d’artistes.

Mais qui dit maison de disque légendaire dit forcément rumeurs... Et le label Chess Records des frères Phil et Leonard Chess ne fait pas exception.  Marshall Chess, le fils de Leonardo, s’est confié au Guradian et l’a confirmé: «vous ne pouvez pas être un ange et diriger un label dans le ghetto de Chicago... Les batailles au couteau étaient quotidiennes, l’alcool coulait à flots et les musiciens de blues avaient le sang chaud... »Un jour, l’artiste Billy Stewart a sorti son revolver et tiré dans la porte parce qu’on ne le laissait pas entrer assez vite... Oui, la Chess Records a eu ses hauts et ses bas, mais elle a surtout une légende qui lui a longtemps collé à la peau. Dans le film de Darnell Martin, on peut voir le label payer les artistes en leur donnant des Cadillac plutôt que de leur reverser leurs royalties. Marshall Chess le jure, son père a peut-être facilité l’achat de la voiture, mais n’a jamais offert de Cadillac à personne. Pas même à la grande Etta James, une personnalité haute en couleur de cette écurie, toujours accompagnée de son garde du corps (une femme habillée en homme), de sa coiffeuse, de son couturier et d’un nain, comme s'en souvient Marshall Chess…

 

 

 

 

 

Inès Ben Azouz
Publié par: 
Misk
Date de publication: 
Lundi, novembre 5, 2018 - 11:45