« Woodstock », un film documentaire aussi mythique que le festival ?

 

Réalisé par Michael Wadleigh, le documentaire musical « Woodstock » offre 185 minutes d’images et de son du mythique festival éponyme qui a eu lieu du 15 au 18 août 1969 (et qui a ainsi joué les prolongations puisqu’il devait finir le 17 !).

 

Sur les 200 km de pellicules tournées lors de cet événement, il n’était évidemment pas possible de tout garder. C’est ce que l’on appelle la frustration du montage. Et pourtant, ce documentaire reste un témoignage vibrant de cette époque musicalement contestataire aux États-Unis et fut classé par le magazine Rolling Stone parmi les « 50 moments qui ont changé l’histoire du Rock and roll ». En pleine guerre du Vietnam, « Woodstock, 3 days of peace, music and love... » est une ode au pacifisme. 

 

Certes Woodstock reste un des plus grands concerts (de tous les temps ?), mais ce documentaire c’est aussi l’histoire de tout ce qui entoure cet événement de 3 jours. Préparation du concert, réactions de la population locale, déclaration de la zone comme étant sinistrée, la vie des festivaliers jusqu’aux embouteillages monstres qui immobilisèrent la ville. D’ailleurs, petite anecdote à propos de ces embouteillages, l’agent de Joni Mitchell l’empêcha de participer au festival parce qu’elle devait faire une apparition dans le Dick Cavett Show. Crosby, Stills & Nash, présents à Woodstock ont, malgré les bouchons, pu assister au même Show... Joni Mitchell déclara que ce fut un des plus grands regrets de sa carrière...

 

Les coulisses du festival et du documentaire

 

Les membres des Grateful Dead ont estimé que Woodtsock n’était pas un festival assez bon pour figurer dans le documentaire. Neil Young refusa également de figurer dans le film de Michael Wadleigh. On se console par la présence de Joan Baez, de Joe Cocker, des Ten Years After et bien sûr du grand Jimi Hendrix.

 

Le festival de Woodstock fut un véritable désastre financier, comme beaucoup de films tournés autour de cet événement. Du coup, la Warner hésita à sortir le film. Mais ils ont eu du flair quand on voit les retombées financières du documentaire -  dont une version plus longue intitulée « Director’s cut » fut sortie en 1994 - et l’Oscar du meilleur film documentaire remporté par Michael Wadleigh !

 

Chose que vous devez également savoir, c’est que le festival s’est en fait déroulé à une soixantaine de kilomètres de Woodstock (État de New York), à Bethel sur les terres du fermier Max Yasgur. Symbole de la musique hippie, il devait accueillir 50 000 spectateurs, mais en attira finalement plus d’un demi-million... Dans ce documentaire-film-témoignage, on peut d’ailleurs entendre Sydney Westerfield, propriétaire d’un bar, se plaindre de ne pas avoir pu manger pendant deux jours à cause du monde présent... Le pauvre homme a dû se contenter de cornflakes à cause d’une foule qui l’empêchait de faire ses courses...

 

 

 

 

 

 

 

Inès Ben Azouz
Publié par: 
Misk
Date de publication: 
Mardi, mars 27, 2018 - 17:45
Quatre documentaires pour fêter le quatrième art
Woodstock, 50 ans plus tard, le Festival anniversaire !